L’eau potable rétablis à Malemba Nkulu après les conflits armés

Baron Nkoy
By Baron Nkoy November 9, 2016 11:45
Une jeune fille puise de l'eau à l'une des bornes fontaines du village. Photo: Carol Lumingu

Une jeune fille puise de l’eau à l’une des bornes fontaines du village. Photo: Carol Lumingu

Les conflits armés, suivie des violences qui ont eu lieu à Malemba Nkulu, dans la province du Haut-Lomami, en République Démocratique du Congo entre 2012 et 2013 ont perturbé l’accès à l’eau potable.

Plusieurs villages de Malemba Nkulu ne disposait plus d’aucun point d’eau potable après les conflits. Pour faciliter la vie quotidienne des villageois, le Comité International de la Croix Rouge a récemment construit quatre puits d’eau à Kipuzi et Ngoya.

« Nous devions parcourir jusqu’à trois kilomètres pour aller chercher de l’eau, surtout pendant la saison sèche. Quand le CICR est arrivé, c’est le premier problème que nous lui avons soumis », se souvient Ngoy Koza Jackson, l’un des habitants.

Dans ce village, « nous avons construit une chambre de captage et placé un tuyau de conduite pour amener l’eau de la source naturelle de Kibutumbi vers un réservoir qui dessert cinq bornes fontaines dans le village », indique  Adolphe Kimbadi, mobilisateur communautaire du programme eau et habitat au CICR.

Ce système d’approvisionnement permet de couvrir les besoins en eau de 12,500 personnes. Il offre chaque jour l’équivalent de 1500 bidons de 25 litres. « C’est suffisant pour toute la population, c’est même au-delà des attentes. Il n’y aura plus de pénurie d’eau ici », rassure Adolphe Kimbadi.

C’est vers la fin du mois d’avril 2016 que Le CICR a procédé officiellement à la remise de l’ouvrage à la communauté de Kansonge et,   a également fourni des outils et pièces de rechange pour l’entretien des bornes fontaines. « Chaque ménage est appelé à cotiser 200 francs congolais par mois pour l’entretien des bornes fontaines », explique le président du comité de gestion de puits  Jonas Kishimba.

Les habitants de Kansonge et des villages voisins, venus nombreux à la cérémonie organisée à cette occasion, ont exprimé leur joie et leur gratitude. « Nous, population vulnérable et marginalisée, remercions sincèrement le CICR d’avoir, par ce don inoubliable, ajouté quelques jours de vie à cette communauté car dit-on l’eau, c’est la vie ! », a déclaré Désiré Ilunga, préfet d’école. « Cette eau est de grande importance. Elle servira à combattre les maladies hydriques que nous avons endurées depuis si longtemps dans cette zone », a ajouté Samuel Mujinga, infirmier titulaire au centre de santé.

Face à la réussite de ce projet, plusieurs villages, autrefois réticents, ont exprimé le souhait d’en bénéficier à leur tour.

Baron Nkoy
By Baron Nkoy November 9, 2016 11:45
Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On GooglePlusVisit Us On YoutubeVisit Us On LinkedinCheck Our Feed